Le design biophilique : une autre forme de bien-être au bureau

Emanuel Kant disait, « la nature agit, l’homme fait ». A la fin des années 1890, le végétalisme a surgit de toutes parts dans les arts, l’immobilier, le mobilier, les agencements d’espace, en contre poids à l’industrialisation massive et ses normalisations.

Cela s’est appelé « l’art nouveau » dont l’aménagement urbain parisien en porte encore les traces avec les édicules d’entrées de métro réalisées par Hector Guimard, mais aussi dans le mobilier de bureau, des éclairages, …qui mettent en évidence des références au monde du végétal et de la nature. La société actuelle est entrain de produire son « néo-végétalisme » en re-introduisant la « nature » sous toutes ses formes dans le quotidien, comme par exemple dans les artères des villes avec le « permis de végétaliser » proposé par la ville de Paris. Cette tendance apparaît aussi dans les entreprises. Des études ont prouvé l’accroissement de productivité de 15% due à la présence de plantes vertes au bureau (voir lien de l’étude en bas de page). Aujourd’hui, il est possible de ne plus concevoir sa vie au bureau « coupée » des éléments naturels grâce au design biophilique. La biophilie, ne prends pas en compte seulement le végétal mais également d’autres éléments comme l’air, la lumière, l’eau, … et de rajouter une autre dimension celle du biomorphisme pour les fondre et les confondre avec notre quotidien au bureau. Une conception 360° d’un design qui marie les espaces de travail avec la nature sous toutes ses formes. Quels sont éléments constitutifs d’un espace de travail biophilique ? En quoi, cette approche apporte t-elle bien-être, ressources et créativité au bureau ? Peut on également parler de management biophilique ?

« Selon le psychanalyste Américain Erich Fromm, la biophilie est l’amour de tout ce qui est vivant. » (source wikipédia) Les space-planners ont déjà dans leur démarche le sens de la philocalie qui est quand à lui l’amour de tout ce qui est beau. Il existe deux grands principes de la biophilie, la nature dans l’espace et l’analogie de la nature.

 

espace-collaboratif-design-avec-plantes-au-bureau

 

1 La nature dans l’espace de travail

Ces espaces comprennent les plantes, l’eau, les animaux dans l’environnement bâti. Quelle est la différence avec une approche dite holistique ? L’approche holistique n’est en définitive pas très éloignée de l’approche biophilique dans les espaces de travail. En effet, l’approche holistique intègre toutes les notions de perception et de sens que cela soit de l’ordre du végétal mais aussi olfactif, toucher…Elle ne se concentre pas uniquement sur la nature. L’approche biophilique va donc axer tout son travail sur la mise en relation des éléments de la nature avec l’homme dans son espace, au bureau. Un espace dans lequel il passe pas moins de 8 heures par jour, ce qui est en fait l’espace dans lequel il est amené à le plus « vivre ». Comment un espace de travail va –il être articulé autour de ce concept d’amour de la nature ? Le space-planner saura mettre en place une articulation des éléments en adéquation avec les ressentis des salariés et des objectifs de l’entreprise. Ainsi, l’un des premiers éléments, sera le travail sur la lumière au maximum naturelle, la mise en place de puits de lumière à chaque espace, pour un ressenti maximum. En second lieu, les ouvertures avec de larges baies vers l’extérieur vont permettre de faire rentrer la lumière mais aussi la vie. Bien sûr en zone urbaine, tout le talent du space planner sera de créer des perspectives, formes, trompes l’œil de nature optimisée. Mais aussi un travail quand à la qualité de l’air, celui de l’intérieur des bureaux avec notamment toute une réflexion quand à sa pureté par des systèmes de ventilation performants mais aussi, et maintenant cela est prouvé scientifiquement, par la présence de plantes vertes spécifiques. A ces plantes vertes vertueuses pour un air pur, s’ajoute la présence de l’eau qui a autant un aspect bénéfique sur le ressenti que sur la qualité moins sèche de l’air. Une approche des éléments de la nature pour une symbiose originelle entre l’homme et cette dernière.

 

employes-bureau-europens-environnement-travail-plantes-elements-naturels2

 

nature-plantes-au-bureau-lieux-travail-inspirants

 

L’analogie avec la nature

Il s’agit d’une approche plus « intellectualisée » de la biophilie. Il s’agit de recréer des formes, espaces, du biomorphisme et ou d’utiliser des matériaux naturels. Le biomorphisme est une approche qui consiste à fondre  deux éléments en suggérant une nouvelle entité, mais en conservant intact chacune d’entre elle. Christo, avec son approche morphique, celle d’emballer des monuments, (comme le Pont Neuf en 1985) ou encore dans la mode par le travail effectué par Jean-Paul Gaultier dans certaines de ses collections, ou dernièrement l’approche qui peut être qualifiée de biomorphique et  adaptée à l’urbanisme avec la proposition de l’architecte Vincent Callebaut « Paris en 2050 ».

Model

Droits Architecte Vincent Callebaut, Paris 2050  projet.

 

Dans les espaces de travail cela va se traduire par exemple par des évocation d’arbres-rangements ou encore des salles de réunion-jardin ou encore par des bureaux redésignés en forme géométrique façon, jardin à la française… En sus, du biomorphisme de la biophilie s’ajoute l’évocation de la nature par les formes et l’ornementation. Ainsi la photo ci-dessous met en scène l’évocation de l’eau par un jeu de superposition des matières. Cela peut être grâce à  des formes géométriques, des trompes l’œil, des juxtapositions de matières, de formes, d’angles, …Les perspectives du design biophilique sont de nature à inspirer les space-planners. Cette évocation renvoie au jardin Zen que l’on peut trouver notamment à Kyoto au Japon, et leur évocation de la nature avec les jardins de gravier représentant la mer, une montagne…

space-planning-bureaux-biophilie-bien-etre

 

Sénèque disait : « tout art est une imitation de la nature ». Les espaces de travail plus que tout autre forme d’immobilier se prêtent à un design orienté vers la nature. Et cet « amour de la nature » amène les space-planners comme ceux des équipes ARCH.DESIGN à proposer de nouvelles lignes, de nouvelles métamorphoses au sein des bureaux pour le bien-être des collaborateurs. Dans l’un de ses derniers articles, le directeur de l’institut « Great Place to Work », Patrick Dumoulin, se réjouie de constater « qu’il existe en France de plus en plus d’entreprises où il fait bon travailler (85 lauréats au Palmarès 2017, contre 66 l’an dernier) ; des entrepreneurs qui ont à cœur de favoriser des environnements de travail sains et propice au développement de chacun »

 

ARCH.DESIGN est d’autant plus convaincu de cette démarche que déjà certains de ses clients se retrouvent dans ce palmarès du bien-être et de la confiance des salariés vis-à-vis de leur entreprise. Une tendance qui, a n’en pas douter, saura donner des inspirations créatives et bénéfiques pour le bien-être des salariés au sein des espaces de travail.

 

 

* Selon le « Journal of Experimental Psychology » : des chercheurs se sont penchés pendant plusieurs mois sur les effets des plantes au bureau. Le résultat publié en 2014 démontre entre autre qu’il « suffit d’enrichir un bureau jusque-là spartiate avec des plantes pour accroître la productivité de 15 % », selon Marlon Nieuwenhuis, chercheuse en psychologie à l’université de Cardiff et coauteur de l’étude. 

Arch.

About Arch.