Bien-être et performance, de quoi parle-t-on ?

Au-delà de ce qu’impose la loi sur la Qualité de Vie au Travail, qu’est-ce qui peut motiver une entreprise à investir dans le sujet du bien-être au travail, en général, et dans le réaménagement de ses espaces de travail en particulier ? 

 

 

La conviction que, ce qui fait la force et la valeur de l’entreprise sont les femmes et les hommes qui y travaillent et contribuent à sa performance; la volonté d’investir dans le capital humain, de placer l’humain au cœur de l’entreprise. Si le projet de refonte des espaces est un réel investissement et un projet pensé en cohérence avec la stratégie et l’ADN de l’entreprise, en cohérence avec le style de management et les valeurs, impliquant les collaborateurs et accompagnant les transformations … alors les impacts positifs du projet d’aménagement sont multiples :

  • sur l’attractivité et l’expérience collaborateur : l’environnement de travail fait partie des 5 premiers critères de choix d’une entreprise pour les nouveaux collaborateurs et contribue au plaisir que l’on peut ressentir, ou pas, à se lever le matin pour aller au bureau
  • sur la fidélisation : 80% des collaborateurs affirment que l’environnement de travail a un impact sur leur fierté d’appartenance à leur organisation et améliore leur loyauté vis-à-vis de leur employeur
  • le regain de motivation et la dynamique associés à un projet de refonte des locaux (surtout si les collaborateurs ont été impliqués dans la démarche) : impacts sur le taux d’engagement ou de satisfaction des salariés
  • plus de productivité et donc une meilleure performance économique : des études évaluent l’impact sur la productivité de +12%
  • sur la collaboration et le travail d’équipe : 46% des salariés estiment que l’agencement des espaces de travail a un impact ces deux critères
  • sur la créativité et l’innovation : évoluer dans des lieux inspirants, divers, stimule la créativité et la dynamique d’innovation
  • la compétitivité de l’entreprise : devenant plus attractive, l’organisation attire plus de talents et se crée un avantage concurrentiel

Ces bénéfices cumulés vont contribuer à une amélioration de la performance globale de l’entreprise.

 

 

Les KPIs spécifiques au bien-être en général, qui plus est liés aux nouveaux espaces de travail, sont difficiles à identifier, mais suivre les courbes des indicateurs mesurables des coûts du mal être sont explicites; calculer le retour sur investissement (ROI) en mesurant les économies liées à la baisse de :

  • l’absentéisme, des jours d’arrêts maladie, des troubles musculo squelettiques, des risques psychosociaux, etc.,
  • le turn over
  • les coûts induits par les absences et la gestion des intérimaires
  • le coût des démissions et des processus de recrutement et d’intégration qui s’en suivent.

D’ autres indicateurs sont moins facilement mesurables et relèvent du qualitatif, de l’estimation de la « valeur sur investissement (VOI) » : la valeur créée par le projet d’aménagement et les démarches de bien-être menées par l’entreprise. Cette valeur perçue par les collaborateurs se reflète dans les résultats des enquêtes d’engagement ou de satisfaction réalisées par certaines entreprises auprès des collaborateurs, et l’impact sur la productivité participera à la performance économique de l’entreprise.

 

Des chercheurs de Harvard généralisent l’argument en démontrant que tout dollar investit dans le bien-être rapporte 6 fois la mise sur le moyen terme ! Il ne faut plus hésiter à remettre en cause l’existant et à initier un projet de réaménagement qui transformera la vie quotidienne des collaborateurs et celle de votre organisation.

 

Florence Lebreton-Berthier @ARCH.DESIGN

Arch.

About Arch.