Retour vers le futur, paradoxe et opportunités

21 juillet 2021 6 minutes minutes to read

Nous vivons un moment paradoxal : le télétravail répond à  une nouvelle priorité des Français mais engendre également son lot de risques et d’insatisfactions. Et le retour au bureau, s’il est majoritairement souhaité, s’accompagne d’attentes et d’exigences nouvelles. Pour les entreprises, il ne s’agit pas d’offrir à  leurs collaborateurs un retour à  l’ancien monde mais de se projeter dans l‘avenir.

 

Changement de décor
Les études le montrent, le télétravail forcé a laissé des traces, physiques et morales, humaines et professionnelles. Le retour au bureau, progressif depuis le 9 juin dernier, va s’intensifier en fonction des conditions sanitaires (et notamment de la possibilité d’une 4ème vague).
Chaque entreprise est libre de faire comme elle l’entend (depuis l’Accord National Interprofessionnel sur le télétravail du 24 novembre 2020), à  condition de protéger ses salariés et de mettre en place les conditions d’un retour sécurisé en présentiel. Mais l’idéal serait de repenser son mode de fonctionnement, à  tous les niveaux.

 

Ré enchanter le bureau
Si l’entreprise ne peut pas grand-chose pour aménager le domicile de ses collaborateurs en télétravail, c’est en imaginant des bureaux post Covid qu’elles créeront un lien nouveau avec eux.
Malgré l’impact positif du télétravail sur l’équilibre de vie, le bilan social est contrasté. La moitié des salariés* se disent désenchantés au travail, en mal d’interactions humaines. Ils ont besoin de se reconnecter. Pour retrouver des salariés motivés, les entreprises vont devoir leur proposer des conditions différentes : 83% des Français* souhaitent des bureaux plus humains, qui favorisent le bien-être avec des espaces de socialisation pour déconnecter.

Acer France, Asnières-sur-Seine

Une organisation plus souple
Fini les grandes rangées de bureaux impersonnels dans d’immenses open spaces. Les nouveaux locaux sont aménagés pour qu’on s’y sente mieux qu’à  la maison pour travailler : davantage de salles de réunions conviviales et d’espaces créatifs pour encourager l’innovation et les échanges tant au sein des services qu’entre les services.
Faire des ponts, effacer les murs … afin de multiplier les interactions chaque fois qu’il est utile de travailler ensemble.

 

Flex office : la preuve par 3
Déjà  très en vogue avant la pandémie, il offre 3 avantages majeurs :
1/ La flexibilité pour accompagner cette nouvelle solution hybride bureau / télétravail. Difficile de garder un bureau fixe pour un salarié qui ne passe que 3 jours en entreprise. Il s’installe où il veut en fonction de ce qu’il fait.
2/ La création de lien social, avec le développement d’espaces collaboratifs pour recréer du lien, susciter les échanges et favoriser la créativité.
3/ La circulation de l’information, formelle ou informelle, à  condition de considérer l’aménagement comme un élément essentiel de l’organisation des bureaux.

La patte de l’expert
Les entreprises pourront co-construire avec leurs collaborateurs, en fonction du mode de fonctionnement de chaque service, leurs prochains aménagements de bureaux. Le but ne doit pas être de faire des économies sur les mètres carrés mais de mieux utiliser la surface pour offrir à  leurs collaborateurs un ensemble riche d’espaces adaptés à  leurs usages.
Le bon « New Deal » reste encore à  trouver. Il passera par le dialogue, service par service, et par des études très en amont avec les spécialistes de l’aménagement des bureaux. Les entreprises sont confrontées à  ce nouveau défi : préparer l’avenir en envisageant toutes les évolutions probables. Le bureau est mort, vive le bureau !

 

* Enquête réalisée mi-avril auprès de 1.000 Français par la plateforme de data Dynata.

Voir aussi

  • News

    Workplace et Employee Experience

  • News

    Workplace, the place that matters …

  • News

    Le nouveau contrat social : l’expérience collaborateur