Technologie : facteur de bien-être au bureau

Peut on affirmer que « toute technologie avancée est magique » ? Arthur Charles Clarke, auteur du livre « 2001 : odyssée de l’espace » et, très jeune féru de Jules Verne, semble dire que oui. Ré-enchanter le travail par la technologie et le progrès serait donc facteur de bien-être. Comment ? Un agenceur de « smartworkplace », littéralement espace de travail intelligent, pourra proposer trois facteurs d’intelligence pour le bien-être des collaborateurs au sein de l’entreprise.

 

amenagement digital acceleration team center nestle

Les connections agiles

Aujourd’hui, une entreprise fera la différence sur sa capacité à « se connecter » sous toutes ses formes assurant ainsi son avantage concurrentiel et sa position de leader sur son marché tout en démultipliant la motivation de ses salariés. Parce que « le progrès matériel favorise toutes les autres formes de progrès » selon Eugène Cloutier, le space-planner recherchera les connections dites agiles sous toutes ses formes. Le rôle du space-planner sera ainsi de cartographier toutes les connectiques non seulement nécessaire à la vie du smartworkplace mais aussi génératrice de bien-être : fiabiliser les transmission de données, relier les appareils électriques entre eux, harmoniser les différents systèmes d’informations (audio, vidéo…) qui sont de plus en plus sophistiqués et puissants. Cela va ainsi favoriser un réel confort de communication à tous les niveaux au sein de l’entreprise, vidéo conférence, mais aussi d’utilisation d’écrans multiples, connectivité haut débit…   L’étude approfondie de la connectivité permet aux entreprises de bénéficier d’une installation pérenne de leur espace de travail. Elle permet, certes, d’apporter la sécurité des branchements tant au point de vue des agressions extérieures (aléas climatiques chaleurs, orage, froid, humidité) que des risques internes. Mais surtout de suivre les nouveaux défis, auxquels sont confrontés les entreprises, notamment la demande en flexibilité des collaborateurs (télétravail, pas de poste attribué, unité de production éloignée…). Cela implique une connectivité à la fois sécurisée et flexible dans les différents espaces. Une logistique totale pour assurer le bien-être du travail des collaborateurs, générant une performance accrue pour l’ensemble de l’entreprise.

espaces-connectivite-bureau-reunion-arch

Les relations humanisées

Henry Ford disait que « l’enthousiasme est à la base de tout progrès ». Est il possible de maintenir la motivation face à une impression de distance technologique ? Aujourd’hui le souci du bien-être technologique répond à cette interrogation. Comment favoriser l’instinct de communication humaine dans un univers qui bouge très vite et dont les espaces de temps et de travail se morcellent de plus en plus ? La vidéo conférence et la multiplication des écrans tendent à rapprocher les individus. Cependant, cela ne suffit pas, car les écrans sont statiques et dans des pièces dédiées, cela ne répond plus aux exigences de mobilité. Lors des Jeux Olympiques de Rio, les athlètes du camp français on pu découvrir une nouvelle forme de communication intelligente : « comme si on y était ». ! C’est l’expérience Beam ! « La télé-présence » mobile… Ce nouvel outil répond aux exigences de flexibilité, de distance et de souplesse entre collaborateurs : « C’est le dernier degré virtuel avant la présence humaine. » C’est un robot plus agile, plus mobile et plus humain qui permet de visiter une usine à distance, d’entrer dans le bureau d’un collaborateur pour un échange…Une expérience technologique qui est aujourd’hui à la portée des collaborateurs des entreprises.

Explication en image

robots-connectes-espaces-travail-bureau-paris.

 

Les instants apaisants

Le space-planner étudie le troisième volet de ce bien-être technologique. Après avoir fiabilisé la connectique, mis en place des outils favorisant la présence la plus humaine possible, il étudiera la mise en place d’espaces d’apaisement et/ou de ressourcement grâce à la technologie. Comment cela peut il prendre forme ? Cela peut être des espaces « bulles » insonorisés qui sont flexible et peuvent prendre place dans des open-space par exemple. Ces « bulles » servent à pouvoir s’isoler pour un appel téléphonique ou un échange avec un collaborateur mais elles peuvent également être dédiées à un moment d’apaisement procuré par des exercices de relaxation, de respirations diffusés à la demande via des écrans intelligents. Apple, par exemple, a développé des applications simples de relaxation au travail mais de manière générale de bien-être. Ce bien-être suivi et facilité grâce à la technologie repose sur 4 principes : L’activité, le sommeil, la conscience et la nutrition. L’entreprise peut aller plus loin en proposant à ses collaborateurs la possibilité de suivre l’évolution facilement de leur santé. En 2016, les américains seraient, selon le Parisien, 32 millions à utiliser des outils de santé connectés pour leur santé source de bien-être, comme le suivi de la tension par exemple.

bulle-espace-convivialite-au-bureau-entreprise-paris--arch.esign

L’heure est au bien-être au bureau. Celui qui va procurer la possibilité aux collaborateurs de participer à l’esprit d’entreprise et à son développement tout en garantissant leur intégrité et leur capacité à innover. Par bien-être, on comprend bien sur un bien-être physique et psychique, mais aussi maintenant technologique, un bien-être connecté, accessible, agile et surtout humanisé donnant tout son sens à la phrase de Francis Planque : « il est intelligent, en entreprise, d’être humain. »

Arch.

About Arch.