En quoi le « Design Thinking » influence-t-il vos espaces de travail ?

Peut-on parler de concept managérial ? Certains parleront de méthode. Cette approche est apparue dans les années 80 aux Etats-Unis et a rapidement conquis le monde. Une approche qui a fait ses preuves en terme de développement de chiffre d’affaires et qui a  donné ses « lettres de noblesse » au design thinking.

Le post-it, son signe extérieur de pensée innovante, en est devenu l’étendard, mais cela se résume t-il seulement à des petits bouts de papiers colorés ? Non, bien sûr.

Qu’est ce que le « design thinking » ?  Il s’agit d’une méthode pour la conduite de projets innovants. Mais pas seulement, il place l’humain au cœur de sa démarche créative avec pour motivation l’empathie. Dans son livre téléchargeable en ligne, Véronique Hillen, fondatrice de l’école design-thinking à Paris décrit « 101 repères pour innover ». Peut-on parler d’une centaine de repères pour aménager ses espaces et ainsi favoriser la mise en place et l’utilisation de cette approche ? Une piste, peut-être, mais il est déjà possible d’en proposer pour quelques « piliers » du « design thinking » : l’empathie, l’expérience, la pluridisciplinarité et le visuel source de nouveaux aménagements d’espaces professionnels.

 

 

Le design  « empathique » des espaces professionnels

Comment proposer des espaces donnant vie à l’empathie ? Les agenceurs de bureau professionnel ont fait évoluer ces dix dernières années leur approche en terme d’aménagement d’espace avec notamment le « design 360 ». ARCH.DESIGN, par exemple, a inscrit sa démarche dans cette approche prenant en compte l’ensemble des éléments factuels mais également les éléments « perceptifs » qu’ont les salariés de leur vie au bureau. Ainsi des nouveaux espaces sont nés comme les salles de jeux, mais également des espaces de détente et de collaboration, donnant une nouvelle dimension aux relations entre salariés. Certes, la naissance de ces espaces favorise un mieux être dans les relations, mais ce qui rajoute une touche empathique c’est la manière dont ils sont « utilisés ».  L’écoute et la bienveillance du management participent de cette démarche créative et de ses espaces qui peuvent accueillir et faire grandir la curiosité et l’innovation.  Alors les cloisons ne sont plus des cloisons, mais des ponts entre les espaces. Les couleurs ne sont plus des couleurs d’habillage mais des révélateurs d’ambiance. Les formes ne sont plus pré-établies issues d’un pure esthétique mais issues d’une réflexion collective.

 

 

Le design de « l’expérience » des espaces professionnels

Le « design thinking » met en exergue comme l’indique l’extrait de l’article « Cahier de l’Innovation » la notion d’expérience au sens d’expérimentation dans le processus de création et de créativité au service de l’innovation.

« Une importance majeure accordée à l’étude de terrain (observation ethnographique) qui offre une compréhension pleine et entière des expériences, contrairement aux classiques études quantitatives et qualitatives. » Qu’est ce que cela implique pour les espaces de travail ? Une nouvelle dimension des espaces qui demandent à ceux qui expérimentent. L’une des réponses qui est aujourd’hui mis en pratique, ce sont les salles de réunion à géométrie variable d’une personne en vidéoconférence à deux ou trois personnes… Ces lieux de « confrontations » et de « mise en commun » pour des « échanges innovants » deviennent vivants. A charge des space-planneurs de donner vie à ces espaces de mise en commun des « expériences ».

 

 

Le design « pluridisciplinaire » des espaces professionnels

Toujours dans l’article précédemment cité, cette approche « pluridisciplinaire » prend la forme d’une logique de « co-création » : « une entreprise qui met le « design thinking » au cœur de son activité ne fait pas travailler ses départements de manière isolée, et instaure au contraire une logique «cross-département» favorisant l’intelligence collective. » Le premier réflexe a été de supprimer la totalité des cloisons et des « séparateurs » de département, et apparurent les grands plateaux, les open-spaces. Ces plateaux ont eu plusieurs avantages, mais rapidement la nécessité de rendre plus humain ces grands espaces a permis de renforcer cette pluridisciplanité. C’est à dire que les départements entre eux communiquent tout en préservant l’intégrité de leur fonctionnement. Comment cela se traduit-il en terme d’espace ? Des points de rencontres, mais aussi des points d’isolement, des espaces de silence comme des espaces qui privilégient la fluidité des mouvements des salariés Tout est pensé pour favoriser la rencontre créative et féconde. Les designers d’espace professionnels mettent en place les simulations et les plans de circulation optimisés adaptés à chaque entreprise.

 

 

Le design « visuel » des espaces professionnels

« Pourquoi le Design Thinking s’appuie-t-il sur la visualisation des concepts? Nous utilisons des « post-it », des dessins et des cartographies, pour raconter et partager une histoire visuelle et rendre encore plus efficace le travail du groupe projet et l’exploration des idées. La visualisation des concepts oriente le groupe vers un sens commun et favorise l’alignement sur l’objectif. » (article source )

C’est ainsi que les espaces de travail se sont dotés de tableaux, d’écrans, tant à la fois numériques que tactiles, interactifs ou tout simplement reprenant les principes essentiels de collage d’ou la multiplication de post-it colorés dans les réunions de travail. Cette nouvelle pratique a tellement « plu » aux salariés qu’un nouveau « jeu » aux pauses est apparu. On pouvait ainsi voir des dessins fabriqués grâce au post-its des bureaux  apparaitre aux fenêtres des bureaux des grands centres comme ceux de la Défense à Paris. Des images construites et des « concours » entre tours sont apparus. (voir article du Figaro « la guerre des post-its » )

Une mise en avant de la visualisation prenant le pas sur les discours et les longs rapports qui ont ainsi permis aux espaces de se colorer et de se doter d’outils permettant la révélation de la créativité. La réinvention des espaces de travail que les agenceurs de bureaux professionnels proposent afin de mettre le visuel au cœur de la démarche innovante des salariés.

 

 

Le design est tout à la fois dans l’esthétisme que dans le management et c’est pour cela que l’entreprise ARCH.DESIGN, spécialiste des agencements de bureaux pour professionnels, s’est ainsi nommée. Proche des entreprises innovantes et qui souhaitent se doter des meilleurs design au service de leur management, les équipes d’ARCH.DESIGN proposent des approches innovantes et tournées vers la méthode 360 c’est à dire avec la prise en compte de tous les facteurs décisifs formels mais également informels des espaces de travail qui comptent dans la vie d’un salarié investi dans la vie de son entreprise. Le « design thinking » vise à créer le microcosme source de créativité, l’agenceur d’espace, quand à lui, vise grâce à ses aménagements, à la libérer.

 

Arch.

About Arch.