Oxygénez l’entreprise

On parle de flex office, de télétravail, de briser les silos, d’encourager les modes collaboratifs … Ces nouvelles tendances encouragent les entreprises à « casser les codes » et à aménager leurs espaces de travail différemment. Dans notre article de décembre, nous avons défini les locaux comme le cœur de l’entreprise, un cœur qui a besoin d’oxygène pour battre pleinement. C’est pourquoi nous mettons tant de soin à organiser une circulation qui nourrisse l’entreprise et la dynamise.

L’épicentre de l’univers professionnel n’est plus que le site de la société. Chaque collaborateur évolue désormais entre télétravail et présentiel dans l’entreprise. Mais quel intérêt à venir au bureau si c’est pour travailler seul dans son coin ? Comment repenser ses espaces de travail pour forger une expérience collaborative qui multiplie les interactions ?
L’entreprise se réinvente en lieu d’échange, un hub où chaque collaborateur évolue librement : sans être attaché à un espace de travail, il se déplace au gré de ses besoins. L’entreprise joue son rôle de socialisation génératrice de cohésion et de dynamique collective.

La configuration de l’espace est le premier outil de communication de l’entreprise. Construire l’espace physique fait partie du management de la créativité et de l’innovation. Il devient un lieu social de vie où s’élaborent de nouvelles relations sociales. C’est là qu’entre en scène le space planneur et architecte d’intérieur.
Avant de penser design, il réfléchit à la gestion des flux, aussi bien horizontaux que verticaux, c’est-à-dire à l’interaction des différents espaces entre eux et au volume et l’aménagement des liens qui les unissent.

 

 

 

 

L’espace physique doit à la fois favoriser le bien-être et stimuler le potentiel de créativité en provoquant les échanges, organisés ou impromptus. Finis les boyaux étroits desservant des bureaux cloisonnés. Place à des artères plus larges et aérées, conviviales et aménagées avec des espaces pour pouvoir s’arrêter et échanger de manière informelle, passer un coup de fil ou faire un mini-réunion.
On travaille alors le rythme, le rapport entre le plein et le vide, les matériaux, les couleurs, les mobiliers, un mur d’expression : le couloir se fait galerie, espace de déambulation et de rencontre prélude à des échanges. La communication, source d’innovation, est facilitée, encouragée.

La question n’est plus uniquement « comment on travaille » mais également « comment on collabore ». Le macro-zoning travaille sur la répartition des différents services, non seulement en fonction des nécessités mais aussi des relations de proximité que l’on souhaite favoriser, et des espaces collectifs : avec une seule grande cafétéria, plutôt que plusieurs petites à chaque étage, on encourage tous les collaborateurs à se rencontrer. Le choix d’installer la Direction Générale, traditionnellement au dernier étage, au milieu des autres services est un symbole fort de cet enjeu de décloisonnement et d’esprit collaboratif.

La mutation est profonde et le changement ne doit pas être trop radical pour ne pas engendrer la peur du changement. Des ateliers de co-construction avec les collaborateurs permettent d’identifier leurs besoins et leurs souhaits, service par service, afin de les associer à ce processus. Cette démarche, associée à la stratégie de la marque employeur de l’entreprise, valide sa volonté de se réinventer en lieu de vie autant qu’en lieu de travail. L’espace physique devient emblématique, il contribue à porter et promouvoir ses valeurs et son image.

 

En offrant des opportunités que n’offre pas le télétravail – des échanges impromptus qui génèrent des opportunités de collaboration – l’entreprise reconfigure son espace et apporte à chacun de ses collaborateurs son indispensable oxygène.

Arch.

About Arch.